NOUS SUIVRE

Heures d’ouverture

Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi :
09h00 – 12h00
(dépôt de documents)
15h00 – 17h00
(retrait de documents)
Mercredi : UNIQUEMENT
SUR RENDEZ-VOUS.

<<  Avr 2017  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
       1  2
  3  4  5  6  7  8  9
10111213141516
17181920212223
24252627282930
"Souviens-Toi le 7 avril" PDF Imprimer Envoyer

Une association de jeunes belges pour la mémoire du génocide des Tutsi

Source: www.igihe.com

De jeunes belges comprennent eux aussi la gravité et le caractère ignoble du génocide des Tutsi du Rwanda qui a été préparé et exécuté avec toute une barbarie poussée à l’extrême. Ces jeunes, nés à la date du déclenchement du génocide, ont décidé de fonder une association dont l’objectif est de perpétuer la mémoire de ce génocide.

A. Karirima de IGIHE a rencontré Julien André, un jeune Belge qui est Président fondateur d’une association dénommée Souviens-Toi Le 7 Avril !.

IGIHE : Comment le nom de l’association vous est venu ?

Julien André : Je suis né le 7 avril 1994, date qui marque le commencement du Génocide perpétré contre les Tutsi. Et comme notre association veut se souvenir du génocide, c’est tout naturellement que ce nom nous est venu...

Comment t’es-tu intéressé au Génocide des Tutsi ?

Julien André : Je me suis intéressé au génocide en tapant ma date de naissance sur Google pour un travail scolaire pour lequel j’ai même organisé une conférence à l’école.

IGIHE : Comment est née ton association ?

Julien André : Un an après mon travail scolaire, j’expliquais le génocide à un ami dans un café hutois. À la table d’à coté se trouvait une amie, Mme Anne-Marie Lizin, (première femme à être Président du Sénat de Belgique et qui en est maintenant la Présidente honoraire) qui m’a proposé de l’accompagner à la dernière commémoration.

J’y ai pris conscience qu’il fallait agir car la mémoire de ce fait historique - que beaucoup semblent vouloir faire oublier - est un devoir.

Alors suite à de nombreux échanges avec Mme Lizin, l’idée de créer une association est née.

Plus tard, j’ai rencontré M. Masozera, Ambassadeur du Rwanda en Belgique, qui, avec Oria Vande Weghe, responsable en communication de l’ambassade, m’ont beaucoup aidé dans ce projet.

IGIHE : Quel est le but de l’association ?

Julien André : Nous nous sommes rendu compte que beaucoup de personnes voulaient que l’on oublie le génocide c’est pour cela que nous avons décidé de créer l’association.

Elle a pour but de de lutter contre le négationnisme du génocide perpétré contre les Tutsi en 1994, au Rwanda et ce par le biais d’actions symboliques et d’informations.

IGIHE : Quel est l’avenir de ton association ?

Julien André : A court terme, nous allons commencer à donner des conférences dans des écoles pour informer les jeunes sur le Génocide et ses conséquences. A plus long terme, nous voudrions que l’association devienne une idée reprise dans plusieurs pays pour créer une universalité. »

IGIHE : Qui, aujourd’hui, compose l’association ?

Julien André : Aujourd’hui, le conseil d’administration de l’association est composée exclusivement de jeunes nés au mois d’avril 94. Il y a aussi des membres adhérents de tous les horizons et enfin il y a trois membres d’honneur.

IGIHE : As-tu des liens avec d’autres associations engagées pour la même cause ?

Julien André : Oui, j’ai des contacts avec d’autres associations. Notamment avec l’association IBUKA-Mémoire et Justice, avec Patrice Nkusi de l’asbl Mpore, qui lui aussi est né le 7 avril mais en 1996.

IGIHE : Que penses-tu de l’incident qui a eu lieu à la stèle de Wolluwe ?

Julien André : Je pense que c’est un acte honteux qui résulte d’une grave erreur de la part du Bourgmestre Cerehxe. Aussi, je trouve inacceptable l’action des négationnistes, c’est une profanation. Nous, jeunes Belges engagés, nous trouvons dommage de voir de tel faits. Cela prouve que notre association a encore du travail...

Propos recueillis par Karirima A. Ngarambe