NOUS SUIVRE

Heures d’ouverture

Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi :
09h00 – 12h00
(dépôt de documents)
15h00 – 17h00
(retrait de documents)
Mercredi : UNIQUEMENT
SUR RENDEZ-VOUS.

<<  Mai 2017  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
  1  2  3  4  5  6  7
  8  91011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
COMMUNIQUE DE PRESSE / 11-07-13 Imprimer Envoyer

Le Rwanda ne négociera pas avec les FDLR

Bruxelles, le 11 juillet 2013

L’agence Belga publiait ce mardi 9 Juillet 2013, un article selon lequel M. Didier Reynders, ministre belge des Affaires Etrangères aurait,  à l’issue d’une rencontre avec Gervais Rufyikiri, 2ème vice-président burundais, implicitement appelé le Rwanda à négocier avec les rebelles des FDLR réfugiés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) depuis la fin du génocide des Tutsi en 1994.

Il aurait cité : "Il est clair que le dialogue avec toutes les forces que l'on qualifie souvent de négatives, si elles ne prennent pas les armes, si elles acceptent de dialoguer (...), c'est d'abord une priorité nationale", puis "dans la région" des Grands Lacs ».

Suite à cette publication, l’Ambassade du Rwanda en Belgique aimerait apporter les clarifications suivantes :

  • Ce sujet n’a jamais Ă©tĂ© abordĂ© lors de discussions bilatĂ©rales entre le ministère belge des affaires Ă©trangères (ou toute autre institution belge) et les autoritĂ©s rwandaises. Nous ne sommes donc pas en mesure de confirmer si ces propos sont authentiques.

Au contraire, l’opinion retenue était celle de François-Xavier De Donnea, qui a déclaré lors de sa récente visite officielle au Rwanda (07/07/13) avec une délégation de législateurs belges : "Mon opinion ne changera pas, le FDLR est un groupe criminel composé de personnes qui ont commis des crimes horribles contre l'humanité. Ces personnes devraient être traduits en justice et le Rwanda ne doit jamais négocier avec eux ".

 

  • La position du Rwanda reste par ailleurs catĂ©gorique : le gouvernement rwandais ne nĂ©gociera JAMAIS avec les FDLR, un groupe qui continue, encore et toujours,  de vĂ©hiculer dans la rĂ©gion des Grands-Lacs l’idĂ©ologie du gĂ©nocide Ă  l’origine de la mort de plus d’un million de personnes en 3 mois.

 

Enfin, nous tenons à rappeler, à titre d’exemple, que même ici en Belgique et dans de nombreux pays d’Europe, aucune place n’est octroyée aux partis extrémistes dans le débat politique et social. Pourquoi exiger du Rwanda ce que l’on ne tolère pas ici en Europe, et ailleurs dans le monde ?

 

FIN